#48

#48

#48

00:00-03:00 L'Acentrale à La Parole errante

00:00-02:00 Les réfractaires du 80 contre les violences policières
Une émission en table ronde dans une semaine de mobilisation avec : Ian (Désarmons-les), Laurent et Christian (Assemblée des blessés), Mélanie Ngoye-Gaham (Gilet jaune amiénoise) et Raphaël Kempf (Avocat). Modératrice : Odile Henry (Sociologue).

00:00 Jingle La police assassine
00:01 Introduction
00:05 Hommage à Maurice Rajsfus (extrait de L'an prochain la révolution, de F. Goldbronn).
00:10 Présentation des intervenant·e·s
00:11 1ère partie : Les effets invisibles des violences policières (aspects économiques, juridiques, familiaux, personnels, etc.)
00:36 Pause musicale
00:45 2ème partie : Militarisation de la police et judiciarisation du maintien de l’ordre
01:17 Pause musicale
01:21 2ème partie : Militarisation de la police et judiciarisation du maintien de l’ordre (suite)
01:32 Pause musicale
01:36 3ème partie : Revendications
01:53 Remerciements et annonces des dates :
Rassemblement devant le Palais de justice d'Amiens en soutien aux Gilets jaunes les 17 juin à 8h et 18 juin à midi,
Marche pour Lamine Dieng à Paris le 20 juin au départ de la Place de la République à 13h12.
01:57 Pause musicale

14-18 juin 2020 à Amiens : Une semaine de mobilisation contre les violences policières : Programme / Communiqué

Le gouvernement, qui n'admet aucune contestation de sa politique rétrograde, perpétue ainsi la politique répressive menée depuis des années. Fidèle à ses politiques sécuritaires héritées des pratiques coloniales, la police est en roue libre dans les quartiers populaires, où vivent les plus démuni·e·s. Les discriminations, actes racistes, violences entrainant des mutilations et des morts sont monnaies courantes.
Même pendant la crise sanitaire sans précédent que nous vivons, la répression a continué. Ainsi, pendant le confinement, les Réfractaires du 80, collectif de gilets jaunes amiénois·es, ont été harcelé·e·s par la police. Un camarade a été convoqué au commissariat et a fait 7 heures de garde à vue pour un simple post critiquant Emmanuel Macron sur Facebook.
Après les lois scélérates de 1894, qui avaient pour but d’anéantir les anarchistes, après la première loi anti-casseurs de 1970, adoptée au lendemain de mai 1968, c'est désormais sur le fondement de la loi anti-casseurs promulguée par Emmanuel Macron le 11 avril 2019 que de nombreux·ses militant·e·s continuent à subir les foudres de la justice.
Deux camarades gilets jaunes amiénois·es, parmi les plus militant·e·s, ont été particulièrement ciblé·e·s : Jules sera jugé le 17 juin et Amandine le 18. Jules a été arrêté pour rébellion et a subi 48 heures de garde à vue. Pour sa part, Amandine a été retenue pendant 21 heures pour des motifs fallacieux (dissimulation du visage et non dispersion après sommation).
Ces arrestations abusives ont pour but de les faire taire, d'entraver leur liberté de manifester et d’en dissuader d'autres de continuer.
Parce que nous ne pouvons rester indifférent·e·s face à ces pratiques qui bénéficient d'une impunité presque totale, les Réfractaires du 80 organisent une semaine de mobilisation en amont des procès. Ce sera l’occasion de montrer notre soutien à nos deux camarades mais aussi de reparler d’une répression générale inouïe et non relayée par les médias aux ordres du pouvoir.
Pour toutes ces raisons, faisons entendre notre voix. Ni oubli, ni pardon !

02:00-02:30 Point Actualité
Extrait des prises de parole à la manifestation du 13 juin 2020 à l'appel du Comité Vérité pour Adama, place de la République à Paris.
Appel à manifester le 16 juin 2020 avec les soignant·e·s.

02:30-03:00 Interview d'Amandine André et Mélanie Ngoye-Gaham, autour du film documentaire en cours de réalisation Ladie Burger, portrait d'une femme Gilet Jaune amiénoise.
Mélanie, alias Ladie Burger sur les réseaux sociaux, est devenue gilet jaune dès le mois de décembre 2018. Comme beaucoup, elle hésitait à y aller, ayant peur d’une majorité d’identitaires dans leurs rangs. Elle qui n’avait jamais milité avant et qui ne sortait presque plus, est aujourd’hui engagée corps et âme dans ce mouvement et les raisons de son soulèvement sont multiples. Mélanie se transforme au contact de cette lutte, elle se révèle. Mais le combat est dur et elle doit faire face à de nombreux obstacles.
La réalisatrice Amandine Vidal, 35 ans, est devenue gilet jaune en janvier 2019, quelques mois après le début du soulèvement. C’est lors d’une manifestation à Amiens qu'elle a rencontré Mélanie. Elle la filme depuis le mois d’avril.
02:54 Fin en musique

Musiques :
Justice, L'1consolable
Sale boulot, La Canaille
Hé flics, Keny Arkana
ACAB, Sarah Hebe feat. Sasha Sathya
Miner la police, La ronde du Quercy / Les Tabanards